Indignation

Melbourne
Comme vous le savez, nous n’avions pas prévu nous retrouver en Australie à ce moment-ci de notre voyage. Nous devions plutôt passer les trois ou quatre premiers mois en Asie avant de nous rendre en Nouvelle-Zélande pour travailler. Mais, une succession d’événements ont fait que nous sommes ici, aujourd’hui, à Melbourne dans notre camionnette. Vous vous doutez bien qu’un voyage en Asie n’implique pas le même budget qu’un périple au pays des kangourous.

Bien que nous ayons prévu un petit coussin pour des imprévus, un voyage non-planifié de trois mois en Australie a de quoi entamer sérieusement même la meilleure réserve. Ne pouvant compter uniquement sur notre petit coussinet, nous devons à chaque jour jongler avec notre imagination pour fonctionner avec des ressources réduites. Un défi de tous les instants auquel on finit par prendre goût et qu’on voit comme un moyen de se dépasser.

En toute logique, les meilleurs amis des voyageurs comme nous sont les choses gratuites, les campings gratuits, les douches gratuites, les musées gratuits, etc. Et si ce ne l’est pas et que c’est trop cher (à peu près tout ce qui n’est pas gratuit est trop cher), on s’arrange pour que ça le devienne. Ainsi, un de nos petits plaisirs est de nous rendre dans un endroit renommé pour ses tarifs déraisonnables pour en tirer le maximum de plaisir libre de frais. Nous sommes allés visités Phillip Island près de Melbourne. L’endroit est réputé pour ses colonies de petits pingouins. L’on peut assister, chaque jour au crépuscule, au retour des pingouins regagnant leurs nids après leur journée de pêche en mer. Un spectacle fascinant qui attire d’innombrables touristes, Australiens ou autres. Le seul hic, ça coûte 24$ par personne. Mais comme les chances sont fortes pour que nous nous retrouvions avec plus de photos de Chinois que de photos de pingouins, nous avons misé sur d’hypothétiques colonies de pingouins gratuites nichant en périphérie de Melbourne. Nous avons donc fait le tour de l’île, contemplé ses magnifiques paysages gratuits et marché le long de ses plage.  Après quelques heures, nous avons repris le pont nous ramenant à la terre ferme avec le sourire de satisfaction de ne pas avoir dépensé un seul dollar dans cette trappe à touriste. Direction Melbourne!

Un nouveau défi : pas facile de camper gratuitement en ville. On nous avait glissé un mot au sujet d’une rue en bord de mer, en pleine ville, où nos semblables se rendaient pour y passer quelques nuits. Difficile à croire! Eh bien, c’était vrai! Mais la rue en question ressemble plus au parc St-Roch au temps des indignés qu’à une rue au sens où on l’entend. Il y a des vans comme le nôtre de chaque côté de la voie sur toute sa longueur (environ 500 mètres), les gens sont rassemblés à différents endroits et ne se formalisent pas du tout des panneaux interdisant le camping, pas plus que des parcomètres. Puisque la situation nous semble un peu surréaliste, nous nous informons auprès de quelques campeurs. Ceux-ci nous affirment n’avoir rencontré aucun problème à rester là nuit et jour sans jamais payer quoi que ce soit, en plus d’avoir la conscience tranquille pour partir explorer la ville le jour. Alors parfait, il n’en fallait pas plus pour nous convaincre, nous serons des indignés-campeurs à Melbourne.

La première nuit, nous étions un peu craintifs de nous faire réveiller par la police. On a beau avoir les plus fortes convictions du monde, faire de la désobéissance civile, ça rend toujours un peu nerveux. Mais, tout c’est bien passé, tel que promis par nos comparses. Nous nous sommes donc recouchés paisiblement pour notre deuxième nuit. Nous dormions profondément lorsque, dans un cauchemar, le maire Labaume s’est mis à frapper à notre fenêtre nous sommant de partir sur le champ! Mais attendez, ce n’est pas un rêve! C’est-à-dire que le maire Labaume c’est bel et bien un cauchemar, mais le reste c’est la réalité. Les contrôleurs routiers nous brandissant les menaces d’amendes salées si nous ne sommes pas partis dans trois minutes, tous les vans qui partent en file indienne. C’est ainsi que le campement des indignés a été démantelé à Melbourne.

Pas facile la vie de routards. Mais, ne vous en faites pas trop. Après avoir pris conscience que tout cela était en lien avec un événement cycliste, nous étions tous de retour sur place pour une nouvelle nuit quelques heures plus tard. En espérant que le maire Labaume ne vienne plus hanter notre sommeil avant longtemps, ainsi nous pourrons voir nos pingouins gratuits demain comme prévu!

2014-03-30, Melbourne, Australie


Commentaires (5)



cudcYQ5zCPC
Envoyé par sBF1j6MO 2FJJ1NrfFr5j le 2017-01-29
That's an inoinegus way of thinking about it. http://kwlepxzao.com [url=http://lxaeyofc.com]lxaeyofc[/url] [link=http://iaxhxzuiyal.com]iaxhxzuiyal[/link]

E26o8Aez
Envoyé par eANouTmMjg ORI9g0qg1V9b le 2017-01-27
Such a deep <a href="http://xywlcjk.com">anresw!</a> GD&RVVF

JV8nz1u0QzYj
Envoyé par um3dzehFft MhUDmGMH le 2017-01-25
You're on top of the game. Thanks for shagnir.

Désobéissance...
Envoyé par Audrey Slap le 2014-03-30
lol nous n'en avons jamais informé nos amis australiens, mais pendant 2 mois à Melbourne nous ne payons plus le train ou le bus pour aller en centre ville xD... lorsqu'un contrôleur était sur le quai, nous descendions s'ils montaient, pour prendre la rame suivante! on fait avec les moyens du bord... bon courage biz!

Alex et Janie
C'est une bonne idée parce que le transport en commun est vraiment très cher ici. En plus, c'est une forme de désobéissance civile..:) Par contre, il y a des contrôleurs partout à notre sortie. Peut-être que c'est rendu plus sévère. En tout cas, Melbourne, on adore!

cauchemar
Envoyé par Denise côté le 2014-03-30
Salut à vous deux.Vous êtes à Melbourne alors contactez Guillaume il vous attend. Demande à Francis son lien.Rêver au maire Labeaume c'est tout un cauchemar mais le meilleur est à venir.Attention aux serpents et araignées... Gros bisousDenisexxxxx

Alex et Janie
Merci Denise pour le contact. Inquiéte-toi pas pour les serpents et les araignées, on y fait vraiment attention!!!



Soumettre vos commentaires