Témoins de la biodiversité

L’Australie est un paradis pour les amateurs de nature, parce qu’elle est abondante mais surtout parce qu’on y trouve une faune et une flore unique. En effet, en raison de l’isolement de l’île, on dit que 90% de la faune ici ne se retrouve nulle part ailleurs. Et pas besoin d’être naturaliste pour en faire le constat. Concrètement pour nous, cela signifie que chaque jour nous amène une nouvelle découverte.

À Sydney, avant d’entamer notre aventure en van, on nous avait prévenus de l’abondance des kangourous. À notre départ, nous nous attendions à en croiser à tout moment sur la route. Curieusement, ç’a pris quelques jours avant que nous puissions voir nos premiers. Il faut dire que ce sont des animaux nocturnes donc, ils sont surtout visibles au crépuscule ou très tôt le matin. Bref, après deux ou trois jours de routes, en arrivant dans un bled perdu, nous avons eu l’impression d’entrer dans le royaume du kangourou. Tout d’un coup, il y en avait littéralement partout. Après quelques minutes, on a bien vu que c’était inutile de les compter. Depuis ce temps, on en voit tout le temps, vivants ou morts (on l’a déjà dit).

Mais les kangourous sont une infime partie de tout ce qui nous émerveille depuis quelques semaines. Imaginez-vous que dès que vous voyez un animal, c’est presque automatiquement une espèce que vous découvrez. C’est fascinant! Nous sommes même en voie de devenir ornithologues amateurs. Sans vouloir rien enlever aux oiseaux de chez-nous, on salue d’ailleurs nos amis ornithologues, les oiseaux ici ont quelque chose de plus vendeur. Tenez, l’autre matin, on déjeunait dans un parc et en regardant dans l’arbre au-dessus de nous on aperçoit deux magnifiques cacatoès, de grands oiseaux blancs avec une crête jaune distinctive. Ou bien,  lors d’une promenade, entendant des chants autour de nous, on se rend compte que cinq ou six oiseaux au plumage multicolore se faisaient la conversation. Il faut dire qu’ici, les couleurs vives sont la norme. Ça fait différent de nos oiseaux aux teintes de bruns! C’est comme si les oiseaux de chez nous étaient restés sur la mode des années 80, tandis qu’ici ils sont rendus dans les années fluo!

Et il n’y a pas que les couleurs qui attirent notre attention, les chants aussi ont de quoi surprendre. Il n’y a qu’à penser aux oiseaux dont les vocalises ressemblent à des cris stridents de bébés à la couche pleine ou à ceux qui nous ont fait croire pendant une journée qu’il y avait des singes partout autour de nous. Même les oiseaux qui nous sont familiers ont quelques chose de surprenant. Certains pigeons ont des têtes de perroquets. Des perruches, on en a vu des vraies! Avec pas de cages! On ne savait même pas que ça existait! Que dire des corneilles qui arborent de belles plumes blanches pour adoucir leurs noires classiques, en plus d’avoir un chant imitant le célèbre robot R2D2. Aujourd’hui, on s’est même surpris à trouver beaux des goélands à la touche australienne, pas étonnant qu’ici tout le monde (oui oui, tout le monde) nourrit les goélands!

Dire qu’avant de sortir de Sydney on redoutait plutôt les serpents et les araignées supposés régner sur les forêts du pays ou les requins et méduses sillonnant les côtes. Rien de tout cela. Ah oui, rien sauf une araignée plutôt dérangeante sur le seuil de la porte de la buanderie qu’on a dû contourner pendant une heure en prenant bien soin de ne pas la perdre de vue. À noter aussi qu’on a dû interrompre un dîner après s’être rendu compte que des centaines de chauves-souris étaient accrochées aux branches de l’arbre au-dessus de notre table à pique-nique. Ça expliquait l’odeur nauséabonde qui régnait. Encore une fois rien à voir avec les chauves-souris de chez-nous. Celles à qui on avait affaire faisaient la taille de gros corbeaux. Ça n’en prenait pas plus pour nous convaincre de manger dans notre van!

Avec des telles surprises, on se couche chaque soir en se demandant ce que demain nous réserve. Allez, bonne nuit. Qui sait, peut-être demain pourrons-nous enfin voir notre premier koala… vivant?

2014-03-24, Wilsons Promontory National Park, Australie


Commentaires (6)



tPDvzDe0I
Envoyé par fKShiX0HCpjN 4AKZYeyl le 2017-01-29
Great article but it didn't have eveinthryg-I didn't find the kitchen sink! http://bkiwslpvctq.com [url=http://gudjidfp.com]gudjidfp[/url] [link=http://tmvvuqfg.com]tmvvuqfg[/link]

YUVbhisk
Envoyé par Cq7KbwHV Hjn1wt2n7x le 2017-01-26
Why on earth were you watching Maam.su.let alone with kids?? Horrible horrible movie. I would have smacked both of them and introduced them to facebook.

Sac gucci pas cher
Envoyé par Sac gucci pas cher Sac gucci pas cher le 2016-06-23
Ryan Wilson, the replacement back row, stripped the ball inside Samoan line this item . the placing things in a corner line was slow and inaccurate, Sac gucci pas cher http://www.terranobilis.com/Paris/sacgucci.html/

sac louis vuitton pas cher
Envoyé par sac louis vuitton pas cher sac louis vuitton pas cher le 2016-06-14
List price most familiar persistent collection in the typical Hibernate application. (see: page 242 of 'Java Persistence with Hibernate' by Christian sac louis vuitton pas cher http://www.certiadria.com/Elementi/saclouisvuitton.html/

Lire
Envoyé par Annie le 2014-03-26
Que j'aime vous lire. Et vous en profitez. Pouvez vous nager dans la mer pour moi. Froide c'est bon pour la circulation et chaude c'est bon pour le moral. Alors gâtez vous , l'eau est essentiel ã la vie xxx

Alex et Janie
Merci de nous lire. Oui, on va nager dans la mer pour toi surtout que c'est la mer de Tasmanie, ce n'est pas n'importe laquelle. Par contre, elle est plutôt froide à ce temps-ci de l'année, mais on en profite pareille.

Bibitte
Envoyé par Hélène Guillemette le 2014-03-26
Salut à vous deux, dire que depuis que vous êtes en Australie et que je vois vos paysages je suis jalouse de vous mais là el lisant votre dernier texte je me suis refroidie. Je ne pense pas que cet endroit est pour moi avec toutes ses bibittes, je dirais même que j'aurais une peur bleue. De toute façon vous avez l'air pas mal mieux qu'au Vietnam. Bonne continuiété.

Alex et Janie
Ce n'est pas si pire que ça Hélène. On s'habitue comme on s'habitue à tout. On dirait que de voir des animaux si hors du commun que ce qu'on voit chaque jour nous fait oublier les autres bibittes un peu moins palpitantes à voir. C'est vrai qu'on est mieux qu'au Vietnam. On se sent beaucoup plus libre et on relaxe beaucoup plus. On ne sait jamais comment sera fait le lendemain et c'est ça qui rend l'aventure si extraordinaire.



Soumettre vos commentaires