Lettre à ma belle-mère

Au moins, nous garderons de ces 49 kilomètres, les souvenirs de magnifiques paysages
Salut Monique, on a repris la marche aujourd’hui et on l’a terminée ce soir. Je dis terminée dans le sens de terminée pour de bon. Tu connais Janie, elle a mal à l’épaule et elle a de la difficulté à avancer malgré que son sac ne pèse presque rien. Elle est découragée parce qu’elle s’était fixé des objectifs et qu’elle voulait réellement les atteindre.

Ce soir, j’ai vu que ça n’allait plus et que ça ne s’améliorerait pas. Depuis le début, elle me disait que ça n’allait pas si mal et qu’elle prendrait l’habitude. Je crois qu’elle ne voulait pas me décevoir. Alors on prenait quelques jours de pauses et on recommençait après. Ce soir, je lui ai dit qu’on trouverait un plan B. Après tout, on dit souvent que ceux qui survivent le plus longtemps sont ceux qui savent le mieux s’adapter. Ça n’a pas été une décision difficile à prendre. Évidemment, tu sais comme moi que Janie a eu beaucoup de problèmes avec ses épaules et sa nuque et que depuis quelques mois ça allait vraiment mieux. La dernière chose que je veuille c’est qu’on arrive à Compostelle et qu’elle soit revenue au point où elle était il y a à peine un an.

Ce serait mentir de dire que je n’aurais pas le goût de continuer, mais je n’ai pas hésité une seule seconde pour lui dire qu’on arrêtait. Elle est couchée juste à côté de moi, elle dort peut-être déjà. J’ai eu beau lui dire que ce n’était pas grave, elle est persuadée que je suis déçue d’elle pire, que je vais finir par me lasser de sa santé fragile. Pourtant, ce n’est pas le cas, c’est loin d’être le cas. Je me dis qu’on trouvera bien le moyen de faire un beau voyage autrement. Il y a tant à voir ici qu’il n’a pas lieu d’être déçus.

Pour souper, on a mangé avec notre hôte. Il a 77 ans et il a fait le chemin de Compostelle quand il en avait 64 avec un gros sac à dos et en marchant jusqu’à 35 kilomètres par jour. Bien que le repas fût un régal, Janie est revenue dans la chambre encore plus déprimée de voir qu’un homme de 64 ans avait pu le faire, et qu’elle, se sera arrêtée après seulement 49 kilomètres.

Elle s’est couchée très fatiguée parce que j’ai eu beau lui dire toute la soirée que je ne lui en voulais pas le moindrement, sa grande déception a fini par l’épuiser. Elle dit que c’est un échec. Je ne crois pas qu’aucun de mes mots de l’aurait convaincu. On est bien loin de la maison. Ce soir, je crois que tu aurais été la seule à pouvoir la réconforter. Il y a de ces situations ou rien n’égale le réconfort maternel. Mais bon, on est en France et elle se réveillera surement plus positive demain. Du moins, je l’espère.

Maintenant c’est certain elle dort paisiblement. Elle craint que je finisse par partir pour vivre mes rêves sans elle. Elle dort et ne se doute pas que je la regarde et que j’aurais le gout de la prendre dans mes bras pour lui dire que tout ira bien. Si on n’était pas déjà marié, je la demanderais en mariage.

2013-06-15, Centre, France


Commentaires (3)



eJBKPPfA
Envoyé par nRmJRgClCi ekQFeYB7q le 2017-01-29
Keep these arlitces coming as they've opened many new doors for me. http://uelmek.com [url=http://vgvitzd.com]vgvitzd[/url] [link=http://uljjoifqak.com]uljjoifqak[/link]

IegbOPopm
Envoyé par 3YEoylGL y3E5rJpemjA le 2017-01-27
Too many <a href="http://gfzlcfzbwv.com">cotpeimlnms</a> too little space, thanks!

jXdjSskKNT
Envoyé par 9JGUaudAQC4z QP3bxiVCH le 2017-01-26
Now I feel stiupd. That's cleared it up for me



Soumettre vos commentaires