De retour

Nous nous en confessons, nous avons menti. Nous avions mentionné le Maroc, l’Espagne, le Mexique, or il n’en était rien. Nous sommes revenus secrètement au pays, dans la surprise la plus complète. Nous étions mûrs pour revenir, et ce, dans le but de retrouver nos proches et de nous mettre à la tâche. Mais, quelle tâche?

Au terme de dix-neuf mois sur la route, les images et les souvenirs que nous avons amassés nous ont transformés. Nous avons été heurtés, percutés par la réalité de notre petite planète. Nous avons vu du plastique, des sacs de plastique, des bouteilles de plastique, du plastique d’emballage. Du plastique partout, dans la mer au Viet Nam, des décharges de plastique improvisées dans les ruisseaux en Arménie, des marées de plastique dans le port de Marseille, du plastique, des tonnes, dans les poubelles du cirque en Nouvelle-Zélande, des morceaux de plastique jetés par la fenêtre de tous les autobus du monde. Nous en sommes devenus obsédés, littéralement. Nous avons vu des catastrophes telles que la destruction de la forêt tropicale en Malaisie. Les trains routiers de 54 mètres transportant des porcs entassés vers les abattoirs en Australie.

Si toutes ces images ont contribué à nous changer, c’est parce qu’elles nous ont d’abord violemment dérangés, elles nous ont donné une bonne claque dans la face en criant « RÉVEILLE »! Une bonne claque dans nos faces de petits écolos à la chemise repassée qui mettent leur pot de yogourt individuel au recyclage en se disant mission accomplie. La dite claque, une sorte d’autocritique, était assez forte pour nous faire réfléchir à propos de notre bonne conscience complaisante. Serait-elle insuffisante? Serait-elle une pilule pour nous dispenser d’attaquer le problème de fond? Nous surconsommons, nous les premiers, en voyage, nous achetons, nous jetons les emballages en nous disant « de toutes façons, comment faire autrement? » Ce que nous ramenons dans nos bagages c’est l’urgence, celle d’agir, celle de remettre tout en question, celle de changer.

En voyage, nous avons vu des gens décevant comme on en voit partout. Des gens qui nous font penser que l’histoire pourra difficilement bien finir. Des gens effrayés par la différence, à un point tel qu’ils retenteraient l’expérience fasciste. D’autres gens tuant pour faire taire des journalistes. Des gens, des journalistes, répondant en donnant des armes aux tueurs de journalistes. Des gens, des présidents, prêts à toutes les alliances pour démontrer leur amour de la liberté, surtout celle de ne rien changer. Des gens comme ça et tant d’autres qui nous ont parfois profondément démoralisés. Mais, des cons, il y en a partout, même chez nous on a nos cons. Et pendant notre absence, certains ont repris les ondes radio, d’autres le gouvernement, d’autres bien plus cons encore étaient au gouvernement à notre départ et y sont encore à notre retour. Devant toute cette bêtise, nous avons souvent déchanté. Nous connaissions l’urgence, nous la ressentions mais nous voyions aussi l’impossibilité, ça devenait l’urgente impossibilité de changement.

Mais heureusement, nous avons aussi rencontré l’espoir. Nous avons rencontré des Malais refusant de payer leurs dettes d’étude à un gouvernement corrompu, des Turcs risquant tout pour leurs convictions, des Iraniens dissidents, des Maoris fiers de leur culture, des Français antifascistes, nous avons rencontré des gens de partout, imparfaits, comme nous, qui criaient « C’est assez! Nous allons changer le monde, parce que le monde c’est nous! » Toutes ces volontés disparates, de toutes les couleurs, de toutes les origines nous emplissent d’espérance. Nous partageons tous l’envie d’un monde meilleur et ce changement est en nous, en nous tous. C’est ainsi que l’urgente impossibilité s’est transformée en urgente possibilité, et c’est elle que nous ramenons de voyage avec enthousiasme.

Concrètement, la tâche que nous nous sommes donnée est celle de consommer moins, ou consommer seulement ce que nous avons réellement besoin, c’est de cette façon que nous vivons depuis que nous sommes sur la route alors pourquoi ne pas continuer? Pas besoin de télé pour se faire compter des mensonges, pas besoin de vêtements on en a déjà trop. Avec tous ces faux besoins en moins, il devient inutile de travailler à temps plein. Le temps libéré pourra ainsi être consacré à des projets tels que cultiver notre propre nourriture, rendre service autour de nous, bref devenir plus humain, moins machine. Voilà tout!

Pour conclure, nous vous remercions sincèrement de l’intérêt que vous avez consacré à nos aventures. Nous revenons mais, tout est à commencer. À bientôt!

2015-03-17, Québec, Canada


Commentaires (7)



uHmF3Uw8
Envoyé par 5RSLOc2EoN XWOjt5Si2XKP le 2017-01-29
That's the pefcert insight in a thread like this. http://mbaquqnarx.com [url=http://aodgwhbnxk.com]aodgwhbnxk[/url] [link=http://maqyavdl.com]maqyavdl[/link]

9PGQb1MpIp9
Envoyé par xVRvp7Bjg57W atvF7L8k le 2017-01-27
You have shed a ray of <a href="http://ohjymybthl.com">sunsihne</a> into the forum. Thanks!

4Bej94bgy
Envoyé par mm0N3XMe1 IeGakoPEWt1n le 2017-01-26
Ja, ich hab beide schon gesehen - Olga hat inzwischen eine Menge Autoren aus dem Mou-tegursFornm mit ihren Künsten glücklich gemacht ;-)Ich halte solche Trailer für eine ausgezeichnete Idee - warum sollte man nur auf Filme in dieser Form Appetit bekommen? P.S.: Olga hat die nächste Zeit bestimmt eine ganze Menge zu tun!Liebe GrüßeGabi

mmomiss
Envoyé par mmomiss mmomiss le 2016-07-24
I'll take care of it. [url=http://mmomiss.flavors.me/]mmomiss[/url]

coucou
Envoyé par thomas plaisant le 2015-04-21
Salut Jannie et Alex, Un petit saut comme ça, sur votre blog, par curiosité et je découvre que vous êtes rentrés. Je lis aussi cette tribune, un peu démoralisante ! Bonne réaclimatation. NB : Nous serons parents d'un petit gars d'ici à la mi-Juin. Amicalement, thomas et caroline.

Le retour
Envoyé par Chantale Boissonneault le 2015-03-17
C'est maintenant dans vos activités quotidiennes que vous pourrez mettre à profit les enseignements de votre voyage.

De retour
Envoyé par Matte Daniel le 2015-03-17
Home Sweet Home !!! Bon départ dans vos nouvelle conviction et je vous souhaite la meilleur des chances dans ce renouveau !!!



Soumettre vos commentaires