Sur le pouce

Nous voilà revenus à notre point de départ néo-zélandais, Auckland. Au cours des trois dernières semaines, nous avons fait une tournée de l’Île du Nord. Et pour ce trajet, nous avons suivi les pas de Sébas, le frère de Janie. Non pas que Sébas soit venu au pays des Kiwis dans le passé, mais bien parce qu’il est un adepte inconditionnel du pouce (du stop pour les Français). Des amis nous avaient dit qu’il s’agissait d’un moyen de transport commun ici et que c’était généralement très simple et sécuritaire. Donc, répondant au cri du cœur de notre portefeuille et écoutant l’appel de Sébas, nous avons sorti nos plus beaux sourires et nous sommes partis sur les routes armés de notre pouce. Cela a mené à toutes sortes de rencontres.

Pour commencer du bon pied, petites règles de sécurité enseignées par un ami en couchsurfing. Toujours commencer par demander au conducteur sa destination, de cette façon s’il nous parait mal intentionné, on n’aura toujours le beau jeu de dire que nous allons vers une autre ville et que nous préférons attendre une autre voiture. Ensuite, une fois montés, sortir son téléphone et envoyer un message en disant au chauffeur qu’on a avertis notre ami que nous sommes en route vers chez lui. En faisant la conversation, expliquer qu’on planifiait prendre le bus le matin mais que nous étions à court d’argent. Et tout plein d’autres petits trucs simples pour laisser comprendre à notre chauffeur qu’on est pauvre, qu’on n’a pas d’objets de valeur sur nous, que des amis nous attendent et bref, qu’il n’a aucun intérêt à déroger du trajet prévu.

Règle générale, ceux qui nous embarquent sont pauvres, l’ont déjà été ou ont un enfant qui fait du pouce quelque part. Effectivement, la plupart du temps, les voitures neuves n’arrêtent pas, elles passent en feignant de ne pas nous voir, tout en nous regardant du coin de l’œil (faites pas ça, on voit vos yeux croches même s’ils vont à 100 km/h). Et voilà une vieille voiture pourrie, pleine de chose sur tous les bancs, dans le coffre, sur les planchers. Eh bien, voyons ce qu’on peut faire pour libérer deux petites places là-dedans. On en a vu de toutes les sortes, on a entendu tous les accents. Notre anglais s’améliore de jour en jour. Une fois un monsieur nous a pris pour une cinquantaine de kilomètres, on a dû comprendre moins de la moitié des phrases qui sortaient de sa bouche et donc, faire semblant qu’on comprenait l’autre moitié.

Les Kiwis, comme on appelle les Néo-Zélandais, sont vraiment sympathiques, ils viennent souvent nous déposer directement à l’adresse où l’on va. À Napier, un homme nous a même servit une visite guidée de la ville avant de venir nous déposer à l’autre bout devant la porte de notre hébergement. Même histoire à New Plymouth, le jeune nous suggère de faire le tour des auberges de jeunesse de la ville pour qu’on trouve la moins chère et celle qui nous convient le mieux.

Faire du pouce nous a aussi donné l’occasion de rencontrer plusieurs Maoris, des autochtones de la Nouvelle-Zélande. Près de la moitié des trajets que nous avons effectués nous étaient offerts par des Maoris. Ce sont des gens très généreux; ils ont un très fort esprit de communauté, selon eux, c’est un devoir de venir en aide à quelqu’un dans le besoin. Plusieurs d’entre eux étaient très fiers de leur culture, de leurs coutumes. C’était très enrichissant d’en apprendre sur eux. Le dernier Maori à nous avoir pris a même fait un détour de 200 kilomètres pour venir nous reconduire directement à Auckland. Kia ora! Merci, pour tous ces bons services!

Mais attention, il y a aussi plein d’autres expériences… différentes! Un jour deux gars nous prennent dans leur voiture sport, pour un trajet d’à peine dix kilomètres. Il démarre en trombe et accélère jusqu’à près de 200 km/h tout en utilisant son téléphone. Heureusement, il nous dépose en deux morceaux (un morceau chacun). Plus tard dans la même journée, Janie a dû faire un trajet d’environ 30 minutes avec un gros bulldog assis sur ses genoux. Le conducteur n’était pas très bavard, la seule question qu’il nous a adressé était : « Est-ce que le cannabis est légal au Canada? » En sortant de la voiture, on s’est regardé et on s’est dit que c’était le plus bizarre dans trajet qu’on nous offrait. Mais, on ignorait ce qui nous attendait dans la prochaine voiture.

Une fois la route reprise, on se rend compte que la conductrice a une bouteille de bière entre ses jambes. Elle en prend une gorgée de temps en temps, sa conduite est toutefois sans reproche. Pendant un moment, nous suivons une voiture de police et elle ne semble pas s’en formaliser. Environ à dix kilomètres de la destination prévue, elle nous avoue préférer nous laisser ici, devant chez elle. L’explication donnée, elle n’en est pas à sa première bière et elle n’est pas certaine de pouvoir nous déposer en ville. « No problem! » C’est ainsi qu’on est atterri au beau milieu d’un champ, à faire du pouce à des voitures qui passent à 120 km/h, pas facile. Ça, c’était notre trajet le plus bizarre!

Maintenant que nous sommes arrivés à Auckland, nous avons rejoint notre point de départ. Nous nous sommes enrichis de plein de rencontres et d’anecdotes inoubliables. C’est amusant de suivre les traces de Sébas!

2014-07-30, Auckland, Nouvelle-Zélande


Commentaires (7)



oqTduwaYID5
Envoyé par qdRU3run5NtB xPsGFZbicc le 2017-01-29
That's a subtle way of thinnikg about it. http://vcvrgvp.com [url=http://ujpzum.com]ujpzum[/url] [link=http://kbokgvlj.com]kbokgvlj[/link]

YC9cUt10J2pd
Envoyé par 1Bqy4dziwj IkCS7C5vK le 2017-01-27
<a href="http://piksnadze.com">Thnniikg</a> like that shows an expert at work

qFGXxsYAn
Envoyé par AJmMt5Hb9A I7enWPOuWl5R le 2017-01-26
This is a gorgeous card, I love the colours you have used. The twine on the body of those adorable burietfltes is very clever and I love the treatment you have given the ribbon too. Very pretty touch inside the card too. Nice job!!Sally : )

Envoyé par christina le 2014-09-10
hhahahahaha! le meilleur article à ce jour! Surtout l'histoire du bulldog!

Alex et Janie
Après le trajet, je sentais les fesses de bulldog!!.:(

le pouce
Envoyé par Elise le 2014-08-01
Yes chu pu toute seule à faire du pouce même à 59 ans

Le pouce
Alex et Janie
En plus, c'est très facile.

Ouf...
Envoyé par Isabelle le 2014-07-30
Toutes que des expériences ;-)

Ouf...
Alex et Janie
Les expériences forment la jeunesse comme on dit.

Ouin
Envoyé par Maman le 2014-07-30
Heureusement que maman n'a pas su ça avant de partir. Soyez prudents les amours.

Ouin
Alex et Janie
On a été très prudent.



Soumettre vos commentaires